SUIVEZ NOTRE ACTU 

 

FAQ

  • Carol'ann

L'entrepreneuriat, la brume et la mula

Mis à jour : févr 29

Il était 20h, je rentrais d'une vente privée qui s'était mal passée dans le sud, j'étais épuisée et très déçue... j'étais assise dans l'herbe pendant que mon chien jouait et je me suis mise à pleurer.


De fatigue mais surtout écrasée par les doutes !


Est ce que je suis sur la bonne voie ? Est ce que mes créations plaisent en dehors de mon cercle ? Comment est ce que je pourrais développer la marquer avec peu de ressources et d'expérience ?

Depuis le lancement de Tikrabsoley, ce sont des sentiments qui ne m'ont jamais quitté. Ils se sont parfois estompés après de bonnes ventes mais je n'ai jamais été pleinement sereine.

Ce soir là, en toute honnêteté, quand mon chéri m'a trouvée en larmes face à ma voiture à décharger, je lui ai dit que j'arrêtais tout.


Et c'était la première fois que je le pensais ...


Entre les problèmes de livraison des tissus avec les grèves, les délais de production de l'atelier, mes recherches sans fin de sourcing et de production à l'étranger à caler avant mon départ pour Paris et Lisbonne en février, la frustration de ne pas pouvoir proposer plus de modèles, de choix afin de toucher un public plus large, comme dirait le chéri d'une amie :


" J'étais BOUT' "


Parceque soyons clair, dans ma tête et sur le papier, j'ai des tonnes de projets. Bikinis, sacs, chaussures, bijoux, rideaux et vaisselles, des carnets remplis de croquis, de noms de collections, de nouveaux imprimés vous attendent.


Tellement d'idées qui dorment depuis longtemps, pas seulement en raison du manque de ressources car au delà des problèmes logistiques et financiers, ce que je trouve le plus pénible dans cette nouvelle vie d'entrepreneuse et encore plus dans un domaine créatif, ce sont les doutes.

Les doutes empêchent d'avancer, de prendre des décisions, de se positionner et alors se crée la brume.


A ce moment, une seule chose m'a motivé, c'était l'espoir de trouver lors de mon voyage, les professionnels pouvant m'aider à lancer mes projets.

Je suis partie la boule au ventre car pour moi l'enjeu était grand, rentrer bredouille signifiait repartir à zéro dans mes recherches et prises de contact avec des usines, ateliers... et la marque serait restée dans l'inertie pendant encore plusieurs mois, voir même une bonne année.


Je viens donc vous donner quelques nouvelles de ce fameux voyage qui s'est avéré très fructueux car je suis enfin parvenue à rencontrer les réseaux de production pouvant m'aider à produire des collections de maillots de bain et prêt à porter Beach to Bar en petite quantité et dans des coûts et délais raisonnables.


Se pose alors la question du statut de Tikrabsoley et de son avenir ...

S'agit il d'un hobby ? Une entreprise ?


Car après un an en circuit fermé, il faut aujourd'hui investir, ouvrir les vannes, lâcher du flouze, arroser de la mula et prendre alors des risques impactant non seulement la marque mais aussi ma vie personnelle, cela voudrait dire renoncer, du moins retarder certains projets de vie.

En soit repositionner mes priorités et prendre mon courage à deux mains.


Les ami(e)s, on y est, les financements sont en demande, les devis arrivent au fur et à mesure et les collaborations s'affinent.


Merci pour votre patience, vos gentils mots d'encouragements, votre présence aux events, vos likes sur les réseaux, vos retours et conseils, ça va le faire !


Xoxo

24 vues